Voici un couteau qui a une véritable histoire, mais ce n’est pas celle du rouennais que je vais vous ressasser !

Le 10 juillet, je me suis rendu à Rouen pour assister à la défense de doctorat en médecine d’un de mes meilleurs amis. Je me disais que j’allais en profiter pour aller à la coutellerie Faget pour me chercher le couteau éponyme de la ville (y’avait d’ailleurs les nouveaux rouennais de chez Arto qui sont rudement biens).

Résultat, vu l’occasion, je suis sorti avec celui-ci pour moi, lame mox 27 et plaquettes en ébène un peu flammées, et le même pour mon ami, mais avec des plaquettes en os bovin.

Après sa défense et l’annonce de sa réussite, je lui ai dit de me filer une pièce (pour la tradition et aussi parce que ce n’est pas simple avec la toge) et je lui ai offert son couteau. C’est avec les yeux et le sourire d’un gamin qui découvre un trésor qu’il l’a pris en main : je trouvais logique de lui donner un couteau avec un acier inox destiné aussi à l’usage de la chirurgie, des plaquettes en os pour lui rappeler le métier (y’avais pas de plaquette en os humain :p) et en plus un rouennais pour la ville de son université.

Celui présenté ici est donc revenu dans ma poche en Belgique, tandis que son frère part en septembre vivre sa vie à l’île Maurice. Peut être qu’un jour, dans les mains expertes de son propriétaire, il servira à sauver quelqu’un.

  • Fr@nk

    Des que je vais a Rouen, je m’arrete chez Faget (malgré le gros marquage sur la lame), pour m’en commander un !

  • J’aurais bien voulu un plus ancien, mais y’en avait pas et ceux que l’on trouve sur le net … sont vraiment chaque fois dans un piteux état. En tout cas, il coupe admirablement bien et la lame est parfaite pour le saucisson :-)